منتدى التمويل الإسلامي

يهتم هذا المنتدى بالدرجة الأولى بعرض مساهمات الباحثين في مختلف مجالات العلوم الاقتصادية، كما يركز على الاقتصاد الإسلامي، و هو موجه للباحثين في الاقتصاد و الطلبة و المبتدئين و الراغبين في التعرف على الاقتصاد و الاقتصاد الإسلامي....مرحباً بالجميع
 
الرئيسيةالبوابةالتسجيلدخول

شاطر
 

 Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
مدير المنتدى
Admin
مدير المنتدى

عدد الرسائل : 2061
العمر : 37
Localisation : المملكة العربية السعودية
تاريخ التسجيل : 11/05/2007

Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007 Empty
مُساهمةموضوع: Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007   Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007 Emptyالسبت 26 يناير - 1:46

Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007
25 January 2008

(Scroll down to access the English version.)

L'année qui vient de s'écouler a été remarquable pour l'économie algérienne qui a bénéficié d'une forte hausse des prix des matières premières énergétiques. Néanmoins, la crise de l'emploi persiste tandis que la menace terroriste, que l'on croyait vaincue depuis longtemps, a refait surface.

Si le taux d'inflation s'établit à 3% en 2007 selon les dernières estimations, ce résultat est imputable en grande partie au contrôle du prix des commodités de base. L'économie algérienne a connu une croissance de 5%, grâce à l'envolée du prix de l'or noir.

Par contre, le chômage continue de tourner autour des 15% selon les chiffres du ministère du travail. Mais de nombreux experts soutiennent que ces chiffres sous- estiment le taux de chômage qui selon certaines sources, pourrait atteindre en réalité 30%, les jeunes étant les plus touchés.

Véritable levier de l'économie algérienne, les recettes en devises tirées des exportations d'hydrocarbures ont atteint 59 milliards de dollars et sont appelées à progresser davantage en 2008, a indiqué Chakib Khelil, ministre de l'énergie et des mines, le 26 décembre dernier.

Khelil a par ailleurs annoncé le 6 décembre dernier que l'Algérie prévoit d'investir 10 milliards de dollars dans le secteur en 2008 en vue d'augmenter sa production pétrolière et de consolider sa position de fournisseur d'énergie dans le monde. L'objectif est d'atteindre les 2 millions de barils par jour à l'horizon 2010, contre 1,4 millions enregistrés l'année dernière. Le pays entend aussi faire progresser sa production de gaz et la faire passer de 62 milliards de mètres cubes par an à 85 milliards d'ici la fin de la décennie, a dit le ministre.

En 2007, l'Algérie a par ailleurs engagé une épreuve de force avec ses principaux partenaires à l'exportation que sont l'Espagne et l'Italie, plaidant pour vendre son gaz directement au client final et pour une renégociation des accords de paiement.

Début décembre, Khelil a dit que l'Algérie entendait privilégier les contrats à court terme au détriment des contrats à long terme pour une plus grande flexibilité sur les prix. L'Algérie, troisième fournisseur de gaz naturel en Europe, peut s'asseoir à la table des négociations en position de force.

A l'issue d'une visite en Algérie effectuée fin décembre, les experts du Fonds monétaire international (FMI) se sont dits satisfaits, estimant que les réformes initiées par le gouvernement du président Abdelaziz Bouteflika visant à libéraliser l'économie portaient leur fruit.

Néanmoins, le FMI recommande des actions décisives pour accroître le rôle du secteur privé et souligne la trop grande dépendance à l'égard des hydrocarbures, qui ont constitué 97% des exportations algériennes en 2007.

Le gouvernement approuve pour l'essentiel l'évaluation du FMI, et s'est engagé à investir 140 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années pour moderniser les infrastructures, notamment le réseau routier, ferroviaire et aérien. L'un des objectifs fixé est de faciliter les transports et les flux commerciaux, hors énérgie.

Si le FMI prévoit une année encourageante pour l'Algérie, le pays et son économie doivent faire face à des enjeux de grande ampleur au cours des 12 prochains mois. Et tout particulièrement la menace terroriste.

2007 a connu une résurgence des actes terroristes, qui ont causé la mort de plus de 200 personnes, au grand dam des investisseurs et du pays. Bien que moins massives que durant la campagne de terreur des années 90 durant laquelle 200 000 personnes ont trouvé la mort, les nouvelles attaques ont fait la une des journaux et ont ébranlé la confiance.

La plupart des attaques ont été revendiquées par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), un groupe islamique radical associé à Al Qaida. En 2006, le GSPC avait prévenu qu'il prendrait pour cible les étrangers résidents en Algérie, une menace qui s'est concrétisée à la mi-décembre, avec deux attaques. Une première attaque meurtrière contre la mission de l'ONU à Alger a fait 17 victimes et un deuxième attentat commis contre un bus transportant des ressortissants étrangers travaillant pour une compagnie pétrolière, a entraîné la mort du chauffeur algérien et blessé 9 personnes, dont quatre britanniques et un américain.

Le pays est confronté à une vague d'attentats au moment critique où il souhaite augmenter le flux des investissements directs étrangers et devenir une destination touristique phare dans la région.

Heureusement, la menace terroriste ne fait pas fuir tous les investisseurs en courant. Le groupe émirati Emaar a annoncé qu'il prévoit d'investir près de 20 milliards de dollars pour la réalisation de quatre projets immobiliers situés à Alger et sa banlieue. Les projets immobiliers, qui commenceront au premier semestre 2008, comprendront des résidences, des centres sportifs et commerciaux et des bureaux.

EN 2007, l'Algérie a dévoilé deux autres projets d'envergure. Le premier en fera le chef de file des pays africains dans l'espace tandis que le deuxième projet porte sur le développement de l'énergie nucléaire. L'Algérie est déjà active dans les deux domaines, puisqu'elle opère un micro-satellite de communication et un réacteur nucléaire utilisé à des fins médicales et de recherche. Si tout se passe comme prévu, à l'horizon 2020, le pays sera doté de six réacteurs nucléaires et de 10 satellites de communication fournissant des données précieuses pour des études agricoles et environnementales, ainsi qu'un service cartographique.

Néanmoins, pour propulser l'économie algérienne sur orbite, le gouvernement devra restaurer la stabilité et tenir compte des recommandations du FMI, de manière à investir ses richesses énergétiques intelligemment.
Oxford Business Group
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
https://islamfin.yoo7.com
هبة25

هبة25

عدد الرسائل : 2
تاريخ التسجيل : 25/08/2008

Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007 Empty
مُساهمةموضوع: رد: Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007   Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007 Emptyالسبت 25 أكتوبر - 16:40

merci bcp .. Like a Star @ heaven
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Algérie: Rétrospective économique de l'année 2007
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى التمويل الإسلامي :: قسم علوم التسيير (علوم الإدارة) :: الاقتصاد الجزائري-
انتقل الى: